Club Entreprises Sécurité routière du Rhône | Revue de presse du 4 mai 2018
16290
post-template-default,single,single-post,postid-16290,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-7.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

04 Mai Revue de presse du 4 mai 2018

Sécurité routière : les infractions en entreprises en nette baisse. Source : L’Argus de l’Assurance. Les efforts de sensibilisation des entreprises, secondées de leurs préventeurs et leurs assureurs, commencent à porter leurs fruits. Si le risque routier demeure la première cause de mortalité au travail – 463 personnes décédées en 2016 – la Sécurité routière constate en 2017 une baisse de 9,4% des …

LES INFORMATIONS OFFICIELLES

Un rapport pour mieux comprendre l’accidentalité sur les routes bidirectionnelles des départements

L’Observatoire interministériel de la sécurité routière (ONISR) publie un rapport sur l’accidentalité des routes à double sens, hors agglomération, selon leur niveau de hiérarchisation locale. Il vient compléter deux études antérieures réalisées sur des échantillons de départements par le CEREMA (Centre d’expertise technique sur
les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement), la première entre 2012 et 2014, la seconde entre 2015 et 2017. Ces deux études ont servi de socle scientifique à la conviction des experts accidentologues du Conseil national de la sécurité routière concernant l’abaissement de la vitesse limite autorisée sur l’ensemble
des routes dites secondaires de 90 à 80 km/h. Pour réaliser ce rapport, l’ONISR a pris en compte l’ensemble des éléments concernant les réseaux routiers sollicités auprès des départements et des préfectures. Leur traitement a permis de caractériser l’accidentalité routière de chaque département en fonction des catégories de
route déterminées par les conseils départementaux, notamment le réseau « principal », c’est-à-dire les routes bidirectionnelles qui drainent le plus fort trafic et relient des points stratégiques. En conclusion, alors que l’on croit que ces routes sont les plus sûres, ce sont, en réalité, celles qui enregistrent le plus d’accidents mortels.

> En savoir plus

CHIFFRES
Forte baisse de la mortalité sur les routes de France en mars 2018 : 36 tués de moins en métropole, 2 tués de moins en Outre-mer.

En mars 2018, selon les estimations provisoires de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), 255 personnes ont perdu la vie sur les routes de métropole et d’Outre-mer et 5 315 ont été blessées dans 4 236 accidents corporels. En métropole, 231 personnes sont décédées en mars 2018, soit 36 de moins qu’en mars 2017 (-13,5%). Les autres indicateurs de l’accidentalité routière du mois sont en forte baisse, ainsi le nombre d’accidents corporels est de 4 029 contre 4 947 en mars 2017, soit 918 accidents corporels de moins (-18,6%). 5 074 personnes ont été blessées en mars 2018 contre 6 152 en mars 2017, soit 1 078 de moins (-17,5%) ; 1 559 personnes ont dû être hospitalisées plus de 24 heures contre 2 176 en mars 2017, soit 617 personnes de moins (-28,4%).

EN SAVOIR PLUS

Le 14e baromètre AXA Prévention du comportement des Français au volant est paru

Pour la 14e édition de son baromètre, AXA Prévention a sondé pour la première fois les Français sur le partage de la route. Plus de 9 d’entre eux sur 10 estiment que les rapports entre les Français sur la route ne s’améliorent pas. Automobilistes, conducteurs de deux-roues motorisés, cyclistes, piétons, utilisateurs de glisse urbaine, ont révélé les 5 pratiques les plus dangereuses qui nuisent à leur cohabitation. L’usage du smartphone au volant apparaît comme le premier danger (66 %).

EN SAVOIR PLUS

LE CHIFFRE

Sur les routes bidirectionnelles sans séparateur central,
55 % de la mortalité se concentre sur 20 % des routes à plus fort trafic.

EN SAVOIR PLUS

QUESTIONS FRÉQUENTES

« En Allemagne, la vitesse est limitée à 100 km/h sur le réseau secondaire. »

OUI

NON